Bouger quand il fait chaud

Bouger quand il fait chaud !

Oui il fait chaud. Le soleil tape, les oiseaux chantent et la sueur perle au bout de notre nez, sans même bouger.

Mais vous avez vraiment envie de pratiquer une activité sportive à l’extérieur malgré le déluge entre vos seins (quand il fait vraiment trop chaud ça vous fait cela vous aussi ?)

L’important c’est le plaisir et la grandeur du sourire.

Quelques trucs inspirés du livre EN PLEINE FORME, de Guy Thibault.

1- Wôô les moteurs… Diminuez l’intensité. Pas besoin d’imiter Usain Bolt sur 20km. Réduire le rythme est une excellente idée. Cela vous empêchera de voir des étoiles en plein jour ! Si vous êtes ultra débutant et pas vraiment en forme, je vous suggère fortement de choisir votre moment:  matin ou soir … pas entre les deux !

Mon entrainement aujourd’hui: 5 minutes de marche, 5 minutes de course * lent, 5 minutes de marche. Distance totale 2km. Nombre de tounes écoutées 4. Degré de satisfaction 100%. Confort 100%

2- De l’eau partout sauf sur les chaussures: Boire de l’eau est essentiel. Des petites gorgées souvent. Avant, pendant et après l’exercice. Pendant que vous promenez pitou, vous pouvez très bien vous verser un peu d’eau sur la tête ou dans le cou. Ca refroidit promis. Pourquoi éviter les espadrilles ? C’est inconfortable en titi et l’humidité pourrait causer un frottement désagréable.

3- Facteurs aggravants: Alcool, caféine, vêtements trop chauds et très foncés, manque de sommeil et autres problèmes  chroniques de santé peuvent diminuer votre capacité à dissiper la chaleur naturellement. Dans ce cas, on file au gym, on se tape un dvd à la climatisation ou faites l’amour avec intensité. (Bon il n’y a pas beaucoup d’études sur le sujet, mais dans le livre En pleine forme… c’est écrit que pendant la phase d’excitation il y a une augmentation du tonus des muscles des bras et des jambes et évélation …. de la fréquence respiratoire. (ah coquin) Mais bon… puisque la durée ressemble davantage à un 1500 mètres qu’un marathon… les effets sont peu notables. Vous aurez par contre un très grand sourire ! Merci à la science de rendre mon texte intéressant !

4- Hop la piscine: Bien sûr, barbotter dans l’eau est une excellente idée ! La musique le petit vent et quelques flics flacs dans un plan d’eau sont des plus agréables ! Mais lorsqu’on nage ou qu’on joue à Marco Polo on transpire.  Explication scientifique: À l’air libre ou dans l’eau, nos muscles libèrent de la chaleur lors d’efforts  soutenus,  et le corps, lui,  libère la sueur. La seule différence, c’est que dans la piscine, le p’tit rond de sueur n’apparait pas sur le tshirt. Boire de l’eau souvent est donc fortement recommandé.swet

5- Docteur je me sens mal… Maux de tête violents, des nausées, des vomissements, des propos incohérents, une perte de connaissance, convulsions. Ce sont des signaux que vous êtes en coup de chaleur. Si vous ressentez ces sensations, cherchez vite en endroit frais, de l’air de l’eau et restez bien tranquille. Et non ce n’est pas le temps de s’ouvrir une p’tite frette. De l’eau ou boisson énergétique. La bière attendra.

Mais il y a des fois ou… chaud pas chaud c’est go comme lors du Ironman de Tremblant 2015

C’était LA journée la plus chaude de l’été. Avec l’humidex, le mercure a grimpé a 40-45 degrés. 3,9km de nage, 180km de vélo et 42,2km de course, en plein soleil,  ça surchauffe le corps en titi ! Le truc dicté par un coach: Mettre des éponges d’eau froide ou de la glace sur l’ aine afin de refroidir les grosses artères.  Éponges et eau froide sur la tête. Je pense que j’ai couru le marathon avec 122 éponges. Ca me coupait le souffle à chaque fois tant la température de l’eau contrastait avec mon mercure interne.

karine-met-des-epondes

 

Oui il est possible de faire du sport à grande intensité en période de canicule. Encore faut-il que le corps se soit adapté. Lentement mais sûrement. Certains athlètes vont s’entrainer l’hiver avec des chauffrettes afin de simuler la chaleur en vue d’un événement dans le sud ! Pas besoin d’aller jusque là, rassurez-vous !

Malgré toutes mes précautions, à l’été 2015, j’ai fait la planche, j’ai vu des étoiles, et j’ai dit des niaiseries que je ne me rappelle pas, mais qui ont vraiment rassurées ma soeur sur mon état de santé. Après avoir complété le Ironman à la grande chaleur mon corps a fait un sacré shut down. Je vous laisse ici un petit montage. Petit sourire avec ma médaille pour une photo…deux secondes après  boum merci bonsoir…elle est partiiiiiie. Je me suis claquée une joyeuse Syncope! Oxygène, soluté et bouillon de poulet ont été mes meilleurs amis pendant quelques heures avec le petit sac de plastique pas loin. Pendant que je vomissais, le médecin (plus que génial) m’a demandé : Tu as fini ta course au moins ? Dans un effort surhumain, entre deux crampes, j’ai soulevé ma médaille. Oui docteur… beuuuurk !

La chaleur ça vous donne envie de bouger ou le goût de faire la crêpe ?

Je vais attendre qu’il fasse moins chaud, mais Karine, tu veux me donner un p’tit coup au derrière pour que je bouge?

Commentaires
« »